Accueil > Sciences au collège, Sorties et évènements, Sorties pédagogiques, Sorties scolaires > En Route avec l’Aventurier du Mollusque Perdu, Michael Rabiller

En Route avec l’Aventurier du Mollusque Perdu, Michael Rabiller

Le vendredi 13 octobre dans l’après-midi, les 5eme Copernic sont partis assister à une conférence sur les mollusques.

Eh oui, Indiana Jones existe, nous l’avons rencontré!!! Il se cache au Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle!!

 

 

Son vrai nom est Michael Rabiller, il est médiateur scientifique et est chargé de s’occuper des mollusques du musée.

 

 

 

 

 

et plus spécialement des cônes ( conidae en latin)

Les fonds marins recèlent une grande biodiversité en grande partie inexplorée.

Relever des espèces à 20m ou à 200m de profondeur n’est pas une mince affaire. Michael Rabiller nous a présenté les nouveaux outils et méthodes utilisés lors de la mission Madibenthos qui s’est déroulée en Martinique du mois de septembre 2016 au mois de Novembre de la même année.

Effectivement, il y avait jusqu’à maintenant cinq méthodes d’échantillonnage :

  1. La marée littorale ( pêche à pied)

2. La récolte à vue ( plonger mais juste sous la surface)

3. Le dragage ( de 30 à 50 m)

    4. Le brossage

     5. L’aspiration ( plongée avec un aspirateur)

 

Une fois récoltés, il faut trier les mollusques par taille. Pour cela, on utilise plusieurs tamis de maillage différent

Puis une fois triés, il faut étiqueter de manière très rigoureuse chaque lot afin que le scientifique connaisse toutes les caractéristiques de la récolte.

Néanmoins, une partie du sous-sol marin reste non échantillonnée car elle n’est pas assez horizontale et donc difficile d’ accès par un filet ou un plongeur.

Lors d’une mission à Mayotte, des ingénieurs ont inventé un robot, nommé Flipper qui est capable de prélever sur ces terrains difficiles d’accès autrement.


Flipper est un robot sous-marin de 30 kg et de 65x50x45 cm doté de plusieurs caméras HD et d’une pompe qui permet d’aspirer les coquillages en les séparant du sable qui les enrobe. Il a été développé par le LIRMM, laboratoire spécialisé dans l’assistance informatique au pilotage, qui est particulièrement difficile sous l’eau à cause de la petite taille du robot (naturellement moins stable qu’un gros robot) et du câble ombilical (qui transmet électricité, commandes et images en direct), obligatoire pour tous les robots sous-marins non-autonomes

Flipper présente plusieurs avantages sur des plongeurs humains. Il peut fonctionner en continu pendant plusieurs heures et est capable d’atteindre des profondeurs dépassant les 50 m

A la différence des dragues de fonds marins, Flipper peut naviguer sur des terrains complexes tels que les zones rocheuses ou barrières de corail, et prélever uniquement les spécimens recherchés, un impératif pour préserver ces habitats fragiles.
 

 

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :